Le Palais de Justice


Le Palais de Justice, Lyon  Le Palais de Justice de Lyon, Lyon

Parmi les nombreux monuments de la ville de Lyon, il en est un que j’aime particulièrement: le Palais de Justice. Situé sur la rive droite de la Saône, il a fière allure quand il s’illumine de nuit, reflétant alors ses grandes et massives colonnades aux formes épurées dans les eaux agitées de la rivière.

Sa construction fut décidée en 1828, afin de remplacer le vieux Palais de Roanne, qui tombait alors en ruine. Pour architecte, on choisit le célèbre Louis-Pierre Baltard, qui ne vit malheureusement pas son œuvre achevée, puisque ce dernier mourut à Lyon en 1846, alors que l’édification du Palais de Justice ne fut terminée qu’en 1847. Ce même Louis-Pierre Baltard avait auparavant travaillé selon les plans de Soufflot en tant qu’architecte sur les chantiers du Panthéon de Paris, et il est intriguant de se dire que l’une des dernières œuvres de sa vie, et sûrement son chef d’œuvre, se trouve dans le voisinage de l’une des premières œuvres de Soufflot, puisque le Temple du Change, à quelques rues de là, fut rehaussé selon les plans du célèbre architecte du Panthéon, qui vécut d’ailleurs quelque temps à Lyon, avant d’atteindre la renommée qu’on lui connait.

Il s’agit donc d’un lieu chargé d’histoire, d’autant plus que le Palais de Justice de Lyon a abrité quelques-uns des plus grands et sombres procès de l’Histoire de France, dont ceux, pêle-mêle, de Caserio, anarchiste et assassin du Président Sadi Carnot à Lyon en 1894, de Charles Maurras, célèbre  et sinistre collaborateur pendant l’occupation nazie, ou encore celui de Klaus Barbie, surnommé “le boucher de Lyon”, qui fut responsable, entre autres, de la mort de Jean Moulin après de longues et atroces tortures, ou encore de la terrible déportation des 44 enfants juifs d’Izieu vers Auschwitz, qui furent gazés à leur arrivée au camps.

Enfin, coïncidence hautement symbolique, vu depuis la rive gauche de la Saône, on aperçoit, juste derrière, la Basilique de Fourvière, qui surplombe le Palais. Comme pour rappeler qu’après la Justice des Hommes passe la Justice de Dieu. Pourtant, ceci n’est bien qu’une simple coïncidence, puisque la Basilique de Fourvière ne fut érigée que quelques années après le Palais de Justice, en 1884.

Quoiqu’il en soit, et pour conclure brièvement, c’est un lieu emblématique de Lyon qui mérite bien que l’on s’y arrête un temps, avant de s’enfoncer plus avant dans les étroites et mystérieuses ruelles du Vieux Lyon.

Advertisements

Share your thoughts

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s